aleph

«Aleph est la première lettre de l'alphabet arabe.
Aleph est un commencement, une possibilité, un appel.»

"Aleph is the first character of the
arabic alphabet.
Aleph is a beginning, a possibility, a call."

 

Je l'avais vue se promener dans le quartier, mais je ne savais pas si elle allait s'arrêter chez nous aussi.

Il faut savoir que les règles de la maison étaient non seulement très sévères, mais aussi bien ancrées tellement elles étaient présentes depuis longtemps. Je n'habite plus cette maison depuis plusieurs années, mais par curiosité, je me suis informé pour mieux la connaître.

Dans un sens, je la considère toujours mienne parce que mes cousins y vivent toujours. C'est à cet endroit que je suis né. Les informations que j'ai rassemblées furent souvent éloquentes, mais d'autres fois beaucoup moins roses.

Et c'est pour ces glauques raisons qu'on ne savait pas si elle allait passer chez nous aussi. Mais un jour, elle frappa à notre porte. La révolution était là.

Le maître de la maison n'avait pas peur pour autant: la demeure était bien barricadée! Mais dès que la révolution frappa à la porte, elle quitta aussitôt. Le maître, content, savait que la barricade, perfectionnée avec les années, allait être utile. Ce qu'il avait oublié, par contre, c'était d'isoler la maison contre le bruit.

En fait, la révolution n'avait pas vraiment l'intention d'entrer: elle voulait plutôt se faire sortir des habitants de la maison, où elle était déjà présente.

Le glas avait sonné, le bruit courait.
Une révolution enclenchée est une révolution qui a déjà gagné.

I saw her walking around in the neighborhood, but I didn't know if she would also stop by our place.

You should first know that the house rules were not only severe, but also deep-rooted since they had been around for a long time. I no longer live in this house, but out of curiosity, I asked around to find out more.

In a way, I still consider the house my own since my cousins ​​still live there. This is where I was born. The information I gathered was sometimes relieving, but some times much darker.

And it is for those glaucous reasons that we didn't know if she would come to our house too. But one day, she knocked on our door. The revolution was there.

But the master of the house was not afraid: the house was well barricaded! As soon as the revolution knocked at the door, she immediately left. The master was happy and knew that the barricade, perfected over the years, would be useful. What he had forgotten though, was to isolate the house for noise.

In fact, the revolution did not really intend to come in the house: she only wanted to get herself out by the inhabitants of the house, where she was already present.

The knell rang, the noise was running. A triggered revolution is a revolution that already won.

Youssef Shoufan
15 | 3 | 12




aleph


lectures / readings:
blog
photos / pictures:
flickr
suivre / follow:
twitter // google+
aimer / like:
facebook